[Total : 2    Moyenne : 4/5]

Même si le le libertinage peine à se défaire de sa mauvaise réputation, des jeunes s’y intéressent. Tous n’osent pas franchir les portes d’un club. Des sites de rencontres spécialisés leur facilitent la tâche, et plus si affinités.

Au XVIIe siècle, le libertinage existait déjà. “Ce mot désignait deux branches de dissidence, soit la philosophie contre la religion, soit la liberté sexuelle”, annonce Didier Foucault, auteur du livre Histoire du libertinage : des goliards au marquis de Sade (éditions Perrin). Au XXIe siècle, des hommes et des femmes sont toujours libertins. “La population est très variée. Le libertinage touche tous les âges et toutes les catégories socioprofessionnelles. Depuis janvier 2017, 29 % des nouveaux inscrits ont entre 18 et 25 ans”, précise Benjamin Warlop, chargé de communication de Wyylde, le site de rencontres libertines qui a succédé à Netechangisme. En 2014, une enquête de l’Ifop démontre qu’environ 5 % des Français ont essayé l’échangisme. “La pratique la plus populaire est le plan à trois, qui tourne autour des 11 % en France. Le libertinage y reste minoritaire”, renchérit François Kraus, directeur des études.

Une alternative aux clubs
Les clubs libertins rebutent parfois. Du haut de ses 19 ans, Lucie*, en couple avec Robin depuis un an et deux mois, n’a jamais été tentée. “Personnellement, cela ne m’a pas traversé l’esprit. On commence seulement”, avoue-t-elle. Alors que les sites de rencontres les aident à tisser des liens, les clubs libertins les emmènent en terrain inconnu. “Internet permet d’y aller en douceur, de discuter avec les gens, de se poser les bonnes questions. Dans un club, nous avons moins de choix, ce qui limite nos chances de trouver quelqu’un qui nous plaît. On se sent presque obligé de faire quelque chose”, remarque Méryle, fondatrice du site HFlibres.

Olivier et Perrine, malgré leur jeune âge, 21 ans et 20 ans, ont déjà été dans un club. “L’ambiance y est festive et respectueuse. La première fois, nous étions très stressés et mal à l’aise. Maintenant, ça va beaucoup mieux. Nous voyons régulièrement les mêmes personnes”, détaillent-ils. C’est lors d’une de ces sorties qu’on leur a conseillé de s’inscrire sur Wyylde. Grâce à ce site, Olivier et Perrine ont rencontré un groupe de libertins. “Nous avons été au restaurant, puis dans un club. Nous étions quatre couples au restaurant et une dizaine à la soirée”, continue Olivier.

Badoo, un autre terrain de chasse
Parfois, des libertins élargissent leurs recherches. Ils s’inscrivent sur Badoo ou Tinder pour un plan à trois. Selon un sondage réalisé par l’Ifop en 2015 , 40 % des Français se sont déjà inscrits au moins une fois sur un site de rencontres. Et 38 % d’entre eux avouent chercher seulement un coup d’un soir.

En couple avec Sandra depuis cinq ans, Christophe a trouvé une femme sur Badoo. “Dans sa description, il était marqué qu’elle était ouverte à un plan à trois. Nous avons parlé avec elle pendant trois semaines, avant de la rencontrer. Depuis que nous sommes sur NousLibertins, nous ne sommes plus en contact”, ajoute ce libertin de 24 ans.

De l’expérience à la clé
Tout porte à croire que le public intéressé par le libertinage est plutôt jeune. “En général, les couples ont entre 20 et 35 ans. Cet attrait vient du porno, les gens y voient une sexualité débridée. Ils se mettent à faire de l’échangisme, du triolisme, un gang bang… “, souligne Cédric, président de NousLibertins. La sexologue Karin Rousseau va plus loin : “Il y a une recherche de performance : ‘Je veux être le meilleur amant.'”

C’est pour gagner en expérience que Marc est devenu libertin. Après une rupture douloureuse, il n’arrivait plus à s’investir dans une relation. Depuis un mois, il est inscrit sur NousLibertins. “La multiplicité des partenaires évite l’attachement”, commente Karin Rousseau.

À 19 ans à peine, Marc a déjà rencontré une femme de 32 ans. “Nous nous sommes vus dans un lieu public, puis dans un hôtel”, se rappelle-t-il. Son jeune âge est parfois un handicap, parfois une aubaine. “Des libertins auraient essayé avec moi, si j’étais un peu plus vieux. D’autres sont attirés par ma jeunesse. Je parle actuellement avec un couple, dont la femme est plus âgée. Elle a l’air très jolie et mature “, raconte-t-il

D’abord curieux, Thomas y a également pris goût. Pourtant, il ne s’imagine pas continuer quand il sera en couple. Jusqu’à présent, il a eu des “aventures” avec un couple et trois femmes.

Eve de Candaulie, auteure de L’infidélité promise (Tabou éditions), pour sa part, en a rencontré de tous les âges. “J’ai même fêté l’anniversaire d’un petit jeune de 18 ans avec ses cousins dans un club libertin. Au fond, l’âge ne change pas l’alchimie entre deux personnes. Avec moi, c’était un super bon coup”, conclut-elle.

Un moyen de raviver la flamme
Sur les sites de rencontres libertines, le choix est assez vaste. Des célibataires, des couples, des homosexuels ou encore des transgenres s’inscrivent. Des amitiés et des couples se forment même par leur biais. “Des membres se marient. Ils nous envoient des photos de leur bébé. Ils nous remercient d’exister”, déclare Cédric, président de NousLibertins. De plus en plus de couples expérimentent le libertinage.

Il y a trois ans, Alexandre prend cette décision avec sa moitié. Depuis, ils ont pris l’habitude de rencontrer des libertins, en couple ou séparément. Quand il s’agit d’une rencontre en couple, ils privilégient leur tranche d’âge, la vingtaine. “Mais cela ne me dérange pas de voir une femme plus vieille, tout seul”, admet Alexandre. Petit à petit, avoir d’autres partenaires pimente leur vie de couple. Ensemble depuis trois ans, Marie et Nicolas cherchent de nouvelles expériences. Pour l’instant, ils ont testé le “côte-à-côtisme”, c’est-à-dire qu’ils ont fait l’amour à proximité d’un couple, sans aucun contact avec lui.

Côte-à-côtisme et mélangisme, des choix judicieux pour un début
Différentes pratiques les aident à changer de routine : le candaulisme, l’échangisme, le mélangisme, le triolisme… Si un homme essaie le candaulisme, il sera excité de regarder les ébats de sa compagne avec un autre. Dans le triolisme, il va les rejoindre.

“Le libertinage n’est pas nécessairement de l’échangisme. Il ne se limite pas à un échange de partenaires. Quand il y a du voyeurisme, c’est déjà du libertinage. Quelqu’un qui fait du côte-à-côtisme, c’est du libertinage. Ceux qui pratiquent le mélangisme, c’est encore du libertinage. Ils vont se mélanger à un autre couple. Ils vont s’embrasser, vont peut-être aller jusqu’aux préliminaires. Mais il n’y aura pas de pénétration hors couple. Il y a aussi le 2 + 2, où les partenaires ne sont pas dans la même pièce, constate Fred, administrateur d’Entre Coquins .

Chaque couple évolue à son rythme. “Ils commencent par du côte-à-côtisme ou du mélangisme”, dit Méryle, fondatrice de HFlibres. Olivier et Perrine sont passés par là. “Nous sommes prêts pour l’échangisme. Nous attendons juste le bon moment”, révèlent-ils.

Scato, sodomie et SM, non merci
L’essentiel est d’éviter de se précipiter. Edouard et Sophie, âgés de 28 et 26 ans, étaient perdus au début. “Nous avons rencontré un couple avec lequel nous avons échangé tout de suite, de manière trop brutale. Après, nous sommes revenus au mélangisme”, regrette Edouard. En effet, il arrive que des libertins doivent fixer des limites. Marie et Nicolas, par exemple, n’embrassent personne. “C’est un acte lié à l’amour”, se justifient-ils. Jonathan, quant à lui, est un novice de 23 ans. Il a rencontré trois couples avec sa copine. Mais il n’accepte pas tout : “Nous ne faisons rien de plus que ce que nous faisons en couple : pas de SM, pas de sodomie… Je n’ai pas encore droit à la sodomie. Il est hors de question qu’elle le fasse avec un autre mec.” Désormais, Edouard et Sophie ont défini des limites. “La scato et le SM hard, ce n’est pas notre truc. La sodomie, nous la testons en couple”, expliquent-ils.

Un mot qui fait peur
Évidemment, le libertinage est toujours tabou. “Pour nous, c’est une façon de vivre sa sexualité et non de la consommation. Le libertinage renforce la nécessité de dialoguer, de se comprendre”, insiste Roxane, en couple avec Florian depuis quatre ans. Même si ces couples sont très ouverts, ils restent fidèles. “Cela peut paraître spécial pour ceux qui ne sont pas libertins. Il faut avoir confiance en son couple”, garantit Méryle, libertine elle-même.

Mais le terme intimide. Alors qu’elle animait un atelier sur le libertinage, Ève de Candaulie s’est aperçue que des personnes étaient choquées, car elles l’associaient à quelque chose de peu recommandable. Elle s’est donc adaptée : “J’ai changé le nom de l’atelier : non-exclusivité sexuelle. Tout de suite, cela faisait moins peur.”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *